Développement durable publié le 15 juin 2017

Agenda 21 - Quand l’ESSEC fait son miel

Sandrine Plançon et Elisabeth Forget, responsables du programme de mise en oeuvre d'un rucher à l'ESSEC à Cergy-Pontoise
Sandrine Plançon et Elisabeth Forget, responsables du programme de mise en oeuvre d'un rucher à l'ESSEC.

Il faut traverser de nombreux couloirs et monter quelques escaliers pour arriver sur le toit du Galion, l’un des bâtiments du campus de l’ESSEC. Là, se trouvent, disposées en éventail, une dizaine de ruches en pleine effervescence. Cet élevage fait partie du programme "biodiversité" mené par l’établissement dans le cadre de ses actions "développement durable et responsabilité sociétale" (DD&RS).

Adopt a bee, be api

« Tout commence en 2012-2013, explique Sandrine Plançon, chargée des projets DD&RS environnement et biodiversité de l’établissement. Une ruche est installée sur le toit de l’établissement. Elle est gérée par un apiculteur de Nesles-la-Vallée. L’année suivante, une seconde ruche voit le jour. En 2015, on en compte déjà huit. Le projet connait un tournant avec la mise en place du programme “Adopt a bee, be api !”, qui permet à des salariés, des professeurs, mais aussi des étudiants de se regrouper pour acheter ensemble des ruches et ainsi créer le rucher ESSEC. »

10 ruches sur le toit de l'ESSEC

ruches, ESSEC, abeilles, développement durable, apiculture
En 2017, une association est même créée pour suivre et pérenniser ce programme. L’ESSEC offre aux membres de l’association une formation aux bons gestes pour gérer les ruches. Ce savoir-faire est dispensé par un apiculteur, au rythme des saisons. Et ça marche ! Aujourd’hui, le rucher ESSEC compte 10 ruches, le plus souvent entretenues et customisées par les étudiants/propriétaires eux-mêmes. Chaque année, plusieurs kilogrammes de miel font le bonheur des apprentis apiculteurs. Il s’agit d’un miel d’acacia, de châtaigniers et même de toutes fleurs, puisque les abeilles butinent jusqu’à 3 ou 4 km autour de l'éole. Heureusement pour elles, les espaces verts de l’agglomération sont entretenus sans produits phytosanitaires depuis de nombreuses années !

Participer à la sauvegarde des abeilles

L’abeille est un animal qui dégage un vrai capital de sympathie. Elle est le symbole de la biodiversité et d’une alimentation bonne pour la santé. Installer des ruches a au moins le mérite de sensibiliser les personnels de l’ESSEC, professeurs et étudiants, à la disparition des abeilles, à la fragilité de notre biodiversité et à notre impact sur l’environnement. « Mettre des ruches en villes, c’est participer directement à la sauvegarde des abeilles, observe Sandrine Plançon, devenue depuis peu présidente de l’association “Adopt a bee, be api”. C’est peut-être naïf mais nous essayons de participer à l’éveil ou la prise de conscience que l’être humain ne peut pas continuer à vivre ou consommer comme s’il était seul sur terre, sans penser à transmettre et respecter ce qui l’entoure et ce qui lui est donné par la nature. »

L'ESSEC est partenaire du Plan Climat - Agenda 21 de l'agglo !

ESSEC à Cergy-PontoiseC’est fait ! Le projet d’un nouveau Plan Climat – Agenda 21 pour Cergy-Pontoise sur la période 2017-2022 a été adopté par la Communauté d’agglomération lors du Conseil du 28 mars dernier. Ce Plan répond aux obligations et enjeux nationaux et régionaux, fixés par la Loi de transition énergétique et le Schéma régional du Climat, de l’Air et de l’Energie (SCRAE). Il se compose de 96 actions innovantes dont 60 % seront directement opérationnelles à court ou moyen terme. Enfin il faut souligner sa dimension partenariale, puisqu’élaboré avec 50 acteurs locaux : associations, collectivités, entreprises, institutions, et acteurs de l’enseignement supérieur dont l’ESSEC… Voir notre article « 13 comme une » du 11 avril dernier.

En savoir plus
10 ruches et après ?

ruche, ESSEC, Cergy-Pontoise, Selon les saisons, une ruche peut compter de 10 000 à 60 000 abeilles en activité. Alors avec 10 ruches… faites le compte ! Au-delà de ce nombre, l’équilibre pacifique entre les 5 300 étudiants du campus de l’ESSEC et les butineuses pourrait être perturbé, surtout que ces dernières ne dédaignent pas faire de temps en temps un petit détour par les verres de soda servis à la cafétéria du campus… Le toit du Galion n’abritera donc pas de nouvelles ruches. Il y aurait peut-être une possibilité d’extension dans le verger de l’établissement, car l’ESSEC possède aussi un verger, mais là, il s’agit pour l’instant d’une simple hypothèse…

Exportation
Abeilles princières

abeilleC’est un cadeau original qui fut offert en 2016 à sa majesté le Prince Albert II de Monaco, invité spécial d’un des fameux Mardis de l’ESSEC sur le thème de la protection des océans ; l’école remit en effet au prince une ruche et un essaim d’abeilles de son cru. Aux dernières nouvelles, la ruche, la reine et ses abeilles se portent au mieux dans sa propriété privée !

à lire également
Agenda 21 – Une seconde vie pour les sables de nos eaux usées
Actualités
Développement durable
96 actions pour le développement durable de Cergy-Pontoise
Actualités
Développement durable
Agenda 21 - des résultats concrets à Cergy-Pontoise
Actualités
Développement durable
L'Essec à Cergy-Pontoise Une si longue histoire
Notre histoire
Cergy
Newsletter
Recevez nos dernières actus
directement sur votre
boite mail
Contact