Service public publié le 3 mars 2016
Chauffage urbain

Le bon mix

La chaufferie biomasse des Bellevues à Saint-Ouen l'Aumône
La Communauté d'agglomération de Cergy-Pontoise va accroître son recours aux énergies renouvelables pour alimenter le réseau de chauffage urbain. Ici la chaufferie biomasse située à Saint-Ouen l'Aumône.
Cergy-Pontoise a cette particularité de posséder un réseau de chaleur urbaine qui fournit chauffage et eau chaude à près de 70 000 habitants répartis sur les communes de Cergy, Eragny, Saint-Ouen l’Aumône et Pontoise.

Jusqu’à il y a peu, l’énergie nécessaire au fonctionnement de ce réseau provenait de cinq sources différentes :
  • 45 % était issue de l’incinération des ordures ménagères
  • 11 % de la biomasse (résidus de bois)
  • 33 % du charbon
  • 11 % du gaz
  • Moins de 1 % du fioul
Or, depuis le 1er janvier, de nouvelles normes en matière d’émissions de polluants atmosphériques s’appliquent à la plupart des chaufferies de France, dont celles du réseau de chaleur urbaine de notre agglomération. Pour répondre à ces nouvelles obligations et préparer l’avenir, le Conseil communautaire de Cergy-Pontoise a pris, le 15 décembre dernier, une série de décisions :  limitation de l’utilisation de la chaudière à charbon à 3 mois par an avant son arrêt définitif en 2023, mise en arrêt définitive des chaudières au fioul et augmentation du recours à la biomasse et au gaz.
 
Résultat : à compter du 1er janvier, l’objectif est d’obtenir, en moyenne sur l’année, la répartition suivante des énergies :
  • 45 % de chaleur issue de l’incinération des ordures ménagères
  • 20 % de la biomasse
  • 19 % du charbon
  • 17 % du gaz
Cette évolution du « mix énergétique » aura un triple effet positif :
  1. Réduire de 26 % les émissions de gaz à effet de serre du réseau de chaleur de Cergy-Pontoise (soit l’équivalent de 16 000 tonnes de CO² en moins) 
  2. Réduire de façon drastique les émissions maximales de quatre polluants atmosphériques : dioxyde de souffre (- 65 %), monoxyde de carbone (- 39 %), oxyde d'azote ou NOx (- 43 %) et poussières (- 59 %) 
  3. Augmenter de 8 % le recours aux énergies renouvelable
Ambitieuse sur le plan environnemental, cette solution est aussi la plus économe, tant sur le plan des investissements que sur celui du coût de fonctionnement. Elle a toutefois un impact sur la facture des abonnés au réseau de chauffage urbain. Celui-ci sera de + 5,5 %. Soit une augmentation de 34 € par an pour un logement moyen de 70 m² affichant une étiquette énergétique de classe D. La hausse du tarif aurait dû être de 8 %, soit 50 €. Mais la Communauté d’agglomération a décidé de restituer une partie non utilisée des fonds d'aide aux abonnés afin d’adoucir son impact. Et ce, tout en maintenant l’aide aux foyers en difficulté et aux audits énergétiques.
Newsletter
Recevez nos dernières actus
directement sur votre
boite mail
En soumettant ce formulaire j'accepte que les informations saisies soient utilisées pour permettre de répondre à ma demande ou de m'informer
Contact

En soumettant ce formulaire j'accepte que les informations saisies soient utilisées pour permettre de répondre à ma demande ou de m'informer