En images : libellules et demoiselles à Cergy-Pontoise

L’aeshne mixte
L’aeshne mixte (parc du château de Menucourt). Deux bandes jaunes caractéristiques sont présentent sur les côtés de son thorax brun.
L’anax empereur
L’anax empereur (Saint-Ouen L’Aumône). Cette femelle pond ses œufs dans les débris végétaux.
Le caloptérix éclatant
Le caloptérix éclatant (bords d’Oise, Maurecourt). Une bande bleue-nuit opacifie ses ailes mais seule une moitié de celle-ci est colorée et l’extrémité reste transparente.
Le caloptérix éclatant
Le caloptérix éclatant (bords d’Oise, Maurecourt). L’indépendance des ailes antérieures et postérieures, insérées séparément sur le thorax, donne aux Odonates une grande habileté au vol.
L’agrion porte-coupe
L’agrion porte-coupe (Ile de loisirs, Cergy). Pour l’accouplement, le mâle attrape la femelle derrière la tête à l’aide d’appendices spécifiques à chaque espèce et situés à l’extrémité de son abdomen.
Le leste vert
Le leste vert (parc du château de Menucourt). Ses ptérostigmas, grandes cellules colorées situées à l’extrémité de chaque aile, sont de couleur crème et cerclés de noir.
La libellule déprimée
La libellule déprimée (Les grands jardins, Courdimanche). L’abdomen bleu du mâle est marqué par des tâches circulaires jaunes sur les côtés.
Touffes de jonc
Touffes de jonc (par François Mitterrand, Cergy). La densité de la végétation autour d’une mare est favorable à la présence des libellules.
L’agrion à larges pattes
L’agrion à larges pattes (bord d’Oise, Maurecourt). Les tibias de cette demoiselle sont fortement élargis et présentent une ligne noire longitudinale continue.
La petite nymphe au corps de feu
La petite nymphe au corps de feu (Vauréal). Cette jolie demoiselle rouge a les pattes noires. Les bandes noires sur son thorax sont nettement délimitées.
Emergence d’un sympétrum
Emergence d’un sympétrum (parc François Mitterrand, Cergy). Lors de la dernière mue la larve aquatique grimpe sur un support. Après s’être extrait de son enveloppe, l’insecte se déplie lentement et sèche au soleil.
Le sympétrum rouge sang
Le sympétrum rouge sang (parc du château de Menucourt). Cette position d’accouplement caractéristique des libellules est appelé le « cœur copulatoire ».
Le sympétrum rouge sang
Le sympétrum rouge sang (mare de l’Hautil). Ses pattes sont entièrement noires, sa tête et son thorax sont rouge sombre et son abdomen en forme de massue.
Le sympétrum rouge sang
Le sympétrum rouge sang (mares de l’Hautil). Parmi les Insectes, les odonates ont les yeux les plus grands et les plus développés. En surface chaque œil se compose de milliers d’ommatidies.
à lire également
Libellules et demoiselles
Libellules et demoiselles : princesses de l’eau, maîtresses de l’air
Actualités
Développement durable
Newsletter
Recevez nos dernières actus
directement sur votre
boite mail
En soumettant ce formulaire j'accepte que les informations saisies soient utilisées pour permettre de répondre à ma demande ou de m'informer
Contact

En soumettant ce formulaire j'accepte que les informations saisies soient utilisées pour permettre de répondre à ma demande ou de m'informer